Comme vous, nous sommes des professionnels, nous vivons de nos récoltes
et de nos élevages, nous respectons la nature et aimons notre vie !



Certains pensent que nous sommes agriculteurs de père en fils

mais c'est faux !

Il y a quelques dizaines d’années, c’était sûrement vrai. Mais actuellement, 86% des salariés du secteur agricole ne sont pas directement issus de ce milieu. La plupart des enfants d’agriculteurs ne souhaitent pas suivre les traces de leur père, généralement pour des raisons économiques. Il existe des aides financières, à la fois pour les cédants et pour les porteurs de projet : découvrir le métier, trouver une exploitation agricole, trouver des solutions à leurs problèmes fonciers…

Certains pensent que nous exerçons un métier qui ne nécessite pas de formation

mais c'est faux !

Le métier d’agriculteur est en réalité un métier complexe : il s’agit de savoir communier avec la nature, en travaillant au rythme des saisons, au contact de la terre et des animaux. Mais aujourd’hui, les tâches se diversifient. Nous devons être polyvalents afin de pouvoir assurer toutes les étapes du processus de production jusqu’à celle de la vente dans certains cas. Nos métiers ont su suivre les grandes évolutions technologiques et nous aussi ! C’est pourquoi de nombreuses formations, aboutissant à l’obtention de diplômes, existent désormais : CAP, bac professionnel agricole, bac technologique, BTSA… Nous avons besoin d’être formés en macroéconomie : connaître le cours du blé, le cours du lait, etc. Un tiers des jeunes agriculteurs a au moins un Bac+2. 

Certains pensent que nous possédons de grandes propriétés et nous vivons de primes

mais c'est faux !

Depuis une quarantaine d’années, la PAC nous accompagne pour vous garantir une alimentation sûre, variée et de qualité, un secteur agro-alimentaire performant, des territoires ruraux préservés et actifs ainsi qu’une prise en compte importante de l’environnement et des ressources naturelles. Mais le versement des aides est lié à des normes très strictes relatives à l’environnement, à la sécurité et à la qualité alimentaire, et au bien-être des animaux. Ces aides représentent à peine 1% des dépenses publiques en Europe.

Vous voulez devenir agriculteur ?

Certains pensent que nous n’avons pas de vie sociale, nous vivons en vase clos

mais c'est faux !

Les métiers agricoles sont avant tout des métiers de passion. Si le travail de la terre ou des bêtes se fait bien évidemment à la campagne, le développement des transports en commun permet un accès rapide et simple aux services proposés en ville.
Il est également possible de vivre en ville et de travailler à la campagne, pour les plus citadins d’entre nous ! Notre métier ne fait pas de nous des ermites : le milieu agricole s’ouvre de plus en plus au monde, recrutant dans tous les milieux. Enfin, nous participons activement à la vie politique et associative de notre ville, et contribuons ainsi au maintien de l’activité économique et sociale du milieu rural.

Certains pensent que nous dégradons l’environnement

mais c'est faux !

Nous ne pouvons pas faire n’importe quoi : les pouvoirs publics et l’Europe ont mis en place des réglementations très strictes par rapport aux questions de culture intensive, d’OGM, de pollution, de produits toxiques… qui font l’objet de contrôles fréquents. 

Nous sommes tenus de recevoir une formation spécifique pour l’utilisation des produits de traitement des plantes.

Ces produits ont reçu une autorisation de mise en marché dans des conditions d’utilisation et de dosage bien précis. Étant une véritable charge pour nos exploitations, nous les limitons au maximum. 

De plus, nous nous engageons à respecter la traçabilité et le suivi de la qualité de nos produits.

Enfin, nous vivons de notre environnement : nous avons tout intérêt à le préserver !